Le blog de Joseph Savès
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
>
Allocation universelle
Publicité

Incidence N°4

Sur l'emploi et le travail



 

Du point de vue social, la ristourne de l’Allocation universelle à l’employeur est une incitation très forte à embaucher plutôt que délocaliser ou robotiser. Elle réduit le coût du travail et en particulier du travail non qualifié en allégeant d'un même montant tous les salaires payés par les employeurs...

Cet allègement bénéficie relativement plus aux bas salaires : dans l'hypothèse d'une Allocation universelle de 650 euros, le coût net d'un salarié de base passe en effet de 1150 à 500 euros seulement (baisse de 57%), celui d'un cadre de, disons, 5000 euros à 4350 euros (baisse de 13%).

Avec le temps, l'Allocation universelle va conduire à une réduction des inégalités salariales car les employeurs vont être amenés par la loi du marché à relever substantiellement les plus bas salaires ! En effet, de façon naturelle, les candidats à l'embauche mettront en balance le salaire proposé et les nouvelles alternatives, comme de toucher l'Allocation universelle et d'effectuer en complément quelques prestations personnelles. D'autre part de façon tout aussi naturelle, le coût effectif de l'emploi étant minoré par l'Allocation universelle, les employeurs seront mieux disposés à accepter une augmentation.

L’Allocation universelle lève donc les réticences à l’embauche, avec une incitation à privilégier les contrats longs (CDI) de préférence aux contrats courts. Qui s’en plaindrait ?

Dans le même temps, elle lève aussi les freins au travail. Distribuée sans restriction ni condition, elle permet à chacun de travailler autant qu’il le souhaite et le peut, en sachant que tout le fruit de son travail viendra s’ajouter à son Allocation universelle. Rien à voir avec les administrations kafkaïennes qui, aujourd’hui, pénalisent les personnes qui touchent des aides sociales et, ne s'en satisfaisant pas, s’avisent de travailler un tant soit peu. Avec l’Allocation universelle, tout travail est bénéfice. Et nul n’a à soumettre son emploi du temps à la surveillance humiliante d’une administration.

Pour ces deux raisons, à l’encontre des critiques habituelles, l’Allocation universelle est de nature à réconcilier les entreprises avec le salariat et les citoyens avec le travail. Elle est l'instrument d'une société performante, décontractée et par-dessus tout équitable, prête à relever les défis du XXIe siècle.


 


Publié ou mis à jour le : 2018-05-22 07:38:47

Accompagnez-nous
Laissez votre email afin de recevoir notre lettre

Le groupe de réflexion Nos utopies est animé par Joseph Savès, historien suisse de l'économie. Il réunit un démographe français ainsi que le créateur du site d'Histoire Herodote.net et des contributeurs engagés dans la vie de la cité.

Analysant notre époque sous différents aspects (social, environnement, démographie), nous ne nous satisfaisons pas de l'avenir qui se dessine. Nous proposons en conséquence des alternatives plus souriantes, voire utopiques, dans une démarche réaliste et constructive. Nous sommes aussi très attentifs à votre opinion...


 

Parce que les besoins sont à la racine des échanges et de l'économie...
 

L'instrument de la solidarité et de la souveraineté
 

L'Allocation universelle, une utopie fondatrice...
 

Une échelle des prix insensée à l'origine du réchauffement climatique
 

Et le rêve est devenu cauchemar...
 
Publicité