Le blog de Joseph Savès
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
>
La Crise européenne
Publicité

Europe

La Grande Crise

En 1950, Jean Monnet et Robert Schuman inauguraient un rapprochement entre les États ouest-européens. Ce projet allait déboucher sur une Union européenne pacifique et prospère. Un demi-siècle après, en ce début du XXIe siècle, le rêve s'est transformé en cauchemar : chômage de masse, terrorisme et guerres, déclassement diplomatique et économique du Vieux Continent, contestation de la démocratie libérale...

Aucun dirigeant politique n'ose plus parier promettre à ses concitoyens des lendemains qui chantent. C'est la conséquence d'une succession de choix qui remontent aux années 1970.

Le moment nous paraît propice d’analyser cette longue crise et de tenter d’en comprendre le sens. Essayons-nous à cette écriture de l’Histoire en train de se faire, à la manière des anciens historiens qui, de Thucydide à Bainville en passant par Tocqueville, ont mis en relation tous les faits sociaux présents et passés en vue d'en saisir la cohérence. Peut-être trouverons-nous au bout de cette démarche des motifs d'espoir et de confiance...
 


Une Histoire de la Crise européenne

Le tournant des années 1970

L'Europe occidentale sort des « Trente Glorieuses », trois décennies d’expansion démographique et économique qui lui ont permis de reprendre sa place sur l’avant-scène mondiale... [Voir le texte]

Le sursaut des années 1980

Les difficultés de la décennie précédente - baisse de performance des entreprises, inflation, fluctuations monétaires et endettement des États - relancent en Occident les débats sur les choix économiques...[Voir le texte]

Le relâchement des années 1990

1989, année-charnière ! Avec la chute du Mur de Berlin et l'effondrement du bloc soviétique, d'aucuns se hasardent à prédire la « fin de l'Histoire » et le triomphe universel de la démocratie... [Voir le texte]

L'effondrement des années 2000

À l'aube du IIIe millénaire, une sourde inquiétude traverse l'Europe. On cherche en vain dans les fêtes du Millénaire l'exubérance joyeuse et la foi dans le progrès qui avaient accompagné l'entrée dans le siècle précédent, en 1900.

En observant l'Europe en gestation, comment ne pas être frappé par d'évidentes analogies avec celle de 1941, les tueries en moins? Berlin et l'Allemagne dominent de façon écrasante le Continent, dans une relation intéressée avec la Russie. La Grande-Bretagne prend le large et se rapproche des États-Unis. Les Scandinaves s'arrangent chacun à leur façon du nouvel ordre européen. Les Suisses défendent âprement leur souveraineté. La malheureuse Grèce lève l'étendard de la révolte et, dans cette Europe allemande, le gouvernement français revendique la place de second, au détriment de l'indépendance, de l'honneur et du bien-être de ses sujets... [Voir le texte]

Accompagnez-nous
Laissez votre email afin de recevoir notre lettre

Joseph Savès anime le groupe de réflexion Nos utopies avec, à ses côtés, un démographe et le créateur du site d'Histoire Herodote.net. Lui-même enseigne l'Histoire économique dans un institut supérieur des affaires en Suisse.

Il réunit ici ses billets sur l'actualité ainsi que ses analyses et ses propositions d'ordre politique. Utopiques parce que résolument décalées par rapport aux discours convenus, celles-ci n'en sont pas moins lucides, concrètes et réalisables.


 

Parce que les besoins sont à la racine des échanges et de l'économie...
 

L'instrument de la solidarité et de la souveraineté
 

L'Allocation universelle, une utopie fondatrice...
 

Une échelle des prix insensée à l'origine du réchauffement climatique
 

Migrations préjudiciables à toutes les parties...
 

Et le rêve est devenu cauchemar...
 
Publicité