Le blog de Joseph Savès
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
>> Une Europe forte
Le dossier d'nosutopies.fr
Publicité

Une Europe forte

« L'unité dans la diversité »


Les parangons des États-Unis d'Europe plaident pour une dilution de nos nations dans un État-Continent apte à rivaliser avec les autres grands États de la planète. Comme si la taille était un but en soi, comme si la soumission de tous à une même autorité était garante d'un surcroît de puissance !

« L'union fait la force », a-t-on  coutume de dire. Oui, à condition que tous tirent dans le même sens. Mais quand, au contraire, comme c'est le cas aujourd'hui, les intérêts de tous les États européens divergent, alors, on aboutit à la plus totale impuissance. Quel intérêt commun y a-t-il en effet entre les Baltes qui rêvent d'en découdre avec les Russes, n'ont d'yeux que pour les Américains et se moquent du monde méditerranéen, les Allemands qui oeuvrent pour des échanges avec les Russes (ingénierie contre gaz et céréales), les Français, obsédés par leur trop grande proximité avec l'Afrique, les Grecs, obsédés quant à eux par la menace turque, les Scandinaves, sur une autre planète ? Le résultat, c'est une cacophonie de poulailler face à des loups et des renards qui attendent le moment propice pour se repaître de nos carcasses.

L'alternative, c'est un retour à l'esprit et à la culture millénaire de l'Europe. Rappelons-nous que nous sommes une civilisation commune, bâtie aux premiers siècles du Moyen Âge autour de plusieurs influences, judéo-chrétienne, gréco-romaine mais aussi germanique... Ce sont en particulier les Germains qui ont insufflé dans la civilisation européenne une dimension égalitaire et un respect de la femme absents des civilisations méditerranéennes. Pendant mille ans, bénéficiant d'une exceptionnelle stabilité de peuplement grâce à l'absence d'invasions ou de vagues migratoires, l'Europe a pu accomplir un bond sans précédent dans l'Histoire de l'humanité en inventant la société de confiance, l'État de droit, enfin la démocratie représentative et la révolution industrielle. À la différence de la Chine impériale, toute entière soumise à une autorité unique, l'Europe des nations a su aussi tirer parti de ses divisions, chaque nation et chaque peuple participant à son heure et selon son génie à la course commune au progrès, à l'image du Portugal ou des Provinces-Unies (Pays-Bas). Si cette division s'est aussi soldée par des guerres quasi-incessantes, celles-ci, mises à part les deux guerres mondiales, n'ont jamais été aussi meurtrières ni aussi violentes que les guerres civiles qui ont frappé la Chine.

Ce caractère propre à l'Europe s'exprime dans la belle devise adoptée par l'Union européenne : « L'unité dans la diversité » (In varietate concordia). Que ne la respecte-t-on pas ? Penchons-nous en effet sur sa signification, tout à l'opposé de la politique conduite par les instances et les gouvernants européens : que chaque État doit demeurer pleinement souverain et continuer à se diriger conformément à ses traditions et son droit, tout en se gardant de porter préjudice à ses partenaires européens, et surtout en faisant front avec eux de façon solidaire à toutes les adversités. En pratique, cela signifierait la dissolution de la Cour européenne de justice, le droit étant une prérogative souveraine et nationale héritière de traditions pluriséculaires (héritage, famille, etc.). Cela signifierait aussi de remplacer la monnaie « unique » par une monnaie « commune » réservée aux transactions extra-européennes, de façon à préserver la souveraineté de chaque État en matière d'économie et de finances.

Dans le même temps, il s'agirait que les chefs d'États se concertent et s'entendent en secret sur une attitude commune face au monde extérieur, face aux Américains comme aux Chinois, aux Russes, aux Africains ou aux Orientaux, étant entendu que tous les Européens, dans leur infinie diversité, partagent les mêmes intérêts sur le moyen et le long terme. Les Polonais et les Grecs, par exemple, seraient invités comme les autres, à ne s'équiper que de matériels militaires européens et à se détourner de l'Alliance atlantique, mais obtiendraient en contrepartie la garantie d'un soutien total et effectif en cas d'agression ou de menace de la part d'un voisin oriental. C'est ainsi, en parlant d'une seule voix tout en laissant chacun de ses membres vivre selon son coeur, que l'Europe se montrerait fidèle à sa nature, à son Histoire et à sa devise. Et c'est ainis qu'elle se ferait respecter du reste du monde et aimer de ses citoyens. C'est ainsi qu'elle pourrait par exemple promouvoir des alternatives européennes aux GAFA, contenir le dumping chinois ou tordre le bras des gouvernants orientaux ou africains qui poussent leurs ressortissants à fuir vers l'Europe.

Publié ou mis à jour le : 2020-12-12 15:00:36

Accompagnez-nous
Laissez votre email afin de recevoir notre lettre

Le groupe de réflexion Nos utopies est animé par Joseph Savès, historien suisse de l'économie. Il réunit un démographe français ainsi que le créateur du site d'Histoire Herodote.net et des contributeurs engagés dans la vie de la cité.

Analysant notre époque sous différents aspects (social, environnement, démographie), nous ne nous satisfaisons pas de l'avenir qui se dessine. Nous proposons en conséquence des alternatives plus souriantes, voire utopiques, dans une démarche réaliste et constructive. Nous sommes aussi très attentifs à votre opinion...


 

Parce que les besoins sont à la racine des échanges et de l'économie...
 

L'instrument de la solidarité et de la souveraineté
 

L'Allocation universelle, une utopie fondatrice...
 

Une échelle des prix insensée à l'origine du réchauffement climatique
 

Et le rêve est devenu cauchemar...
 
Publicité