Le blog de Joseph Savs
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
>> Le malheur de vieillir
Sur le vif
Publicité

Le malheur de vieillir

Les droits de lindividu contre les Droits de lHomme et du Citoyen


À l’issue des Trente Glorieuses, que l’on pourrait aussi qualifier « années jeunes », le monde occidental a vécu le triomphe de l’individu sur le collectif et la Nation. L’aspiration à « jouir sans entraves » (slogan de Mai-68) s’est progressivement imposé au monde politique, jusqu’à triompher aujourd’hui au point de transformer les Droits de l’Homme et du Citoyen (1789) en « droits de l’individu ».

Il ne s’agit plus d’assurer au citoyen sa liberté dans le cadre de la Nation et de la solidarité collective mais de permettre à chacune de réaliser tous ses désirs, y compris pourquoi pas ? d’avoir un enfant malgré la stérilité, de changer de genre etc. La dimension collective, altruiste ou solidaire de l’existence disparaît au seul bénéfice de la jouissance individuelle. Dès lors que l’individu n’a plus de devoirs ou d’obligations à l’égard de la collectivité, dès lors que celle-ci n’a d’autre but que de satisfaire les désirs de chacun, les frontières n’ont plus de pertinence.

Cette exaltation de l’individu est mise à profit par le monde des affaires pour attiser tant et plus les besoins individuels en détruisant parallèlement les outils collectifs qui comblent ces besoins. La voiture individuelle plutôt que le train, la maison isolée en plein champ plutôt que la ville conviviale… Et l’on pousse chacun à s’épuiser tant et plus au travail dès le plus jeune âge pour conserver un statut social convenable et un niveau de vie décent.

Au nom de sa « liberté », l’individu troque ainsi la solidarité contre l’asservissement au marché.

L’individu désormais en opposition avec l’État et la Nation

Nos aïeux percevaient l’État comme le bras exécutif du Peuple souverain. Nous n’en sommes plus là ainsi que le montre l’invraisemblable pétition « Affaire du Siècle » qui prétend faire condamner « l’État » pour son inaction face au réchauffement climatique ! La collectivité nationale est désormais perçue comme une entité particulière, sans rien de commun avec les citoyens qui la composent. Elle doit tout à l’individu et l’individu ne lui doit rien. On demande seulement à ce dernier de respecter les règles de droit et de ne pas nuire à autrui.

L’immédiateté comme seul horizon

La primauté de l’individu sur le collectif vide l’existence de toute motivation supérieure. Rien au-delà de la seule satisfaction de ses besoins immédiats. Il s’ensuit de deux façons une brutale chute de la fécondité.

1/ L’aspiration à la jouissance immédiate enlève à chacun sa conscience collective, l’envie de donner une part de lui-même à autrui, et partant, l’envie de fonder une famille, apprendre à vivre à deux et donner de l’amour, autrement dit une part de soi, à des enfants.

2/ La primauté du travail, avec ses contraintes matérielles, enlève à toute personne qui en aurait envie le courage de fonder une famille. Pourquoi s’épuiser dans ce monde de brutes à élever des enfants quant tout s’y oppose et qu’il est tellement plus simple de vivre seul (ou cohabiter avec un compagnon de plaisir) ?

C’est ainsi que nous en oublions jusqu’au sens de la vie et que nous glissons doucement mais sûrement vers le néant sans rien laisser après nous, sans même assurer la prolongation de notre nation ou de notre espèce.

Publié ou mis jour le : 2019-06-10 18:39:48

Accompagnez-nous
Laissez votre email afin de recevoir notre lettre

Joseph Savs anime le groupe de rflexion Nos utopies avec, ses cts, un dmographe et le crateur du site d'Histoire Herodote.net. Lui-mme enseigne l'Histoire conomique dans un institut suprieur des affaires en Suisse.

Il runit ici ses billets sur l'actualit ainsi que ses analyses et ses propositions d'ordre politique. Utopiques parce que rsolument dcales par rapport aux discours convenus, celles-ci n'en sont pas moins lucides, concrtes et ralisables.


 

Parce que les besoins sont la racine des changes et de l'conomie...
 

L'instrument de la solidarit et de la souverainet
 

L'Allocation universelle, une utopie fondatrice...
 

Une chelle des prix insense l'origine du rchauffement climatique
 

Migrations prjudiciables toutes les parties...
 

Et le rve est devenu cauchemar...
 
Publicité