Le blog de Joseph Savès
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
>> Sur le vif
Sur le vif
Publicité

Sur le vif

La galanterie, un acquis appréciable de notre civilisation


La galanterie mérite d'être mieux comprise à un moment où les néo-féministes prétendent y voir une infériorisation de la femme (l'aboutissement de leur pensée, c'est le niqab).

Quand un homme s'écarte pour laisser passer un femme, il signifie qu'il reconnaît la féminité de celle-ci et que cette féminité prend le pas sur la force physique que l'on prête aux mâles. Le geste n'est pas insignifiant : sur le Titanic ou au Bazar de la Charité, il implique de ne pas faire usage de sa force musculaire pour gagner avant les femmes les canots de sauvetage ou la sortie ! Devrions-nous condamner les (rares) hommes qui ont respecté dans ces circonstances dramatiques le principe de galanterie acquis dans leur jeunesse ?

Par le soin qu'elle accorde à son apparence, la femme témoigne aussi - consciemment ou non - de sa féminité et de l'intérêt qu'elle porte au regard des hommes. Qui faut-il plaindre de la jeune femme sur laquelle se retournent les hommes dans la rue ou de celle qui ne suscite qu'indifférence ?...

La galanterie est une façon de dire : « nous sommes différents mais égaux ». C'est tout le contraire du précepte ségrégationniste des Américains : equal but different. La différence entre hommes et femmes est un fait de nature, l'égalité un fait de notre civilisation (depuis l'époque des troubadours). Entre les noirs et les blancs, l'égalité est un fait de nature, la différence une création sociale.

Publié ou mis à jour le : 2020-03-27 09:06:03