Le blog de Joseph Savs
Herodote Facebook Herodote Twitter Herodote Youtube
>> Chacun est unique
Sur le vif
Publicité

Chacun est unique

Humanit, race et gntique


La « race » est un non-sens scientifique ! C'est tout à fait vrai. Ce concept vieux comme le monde ne répond à aucune définition scientifique... Tout comme le bonheur, la liberté, la douceur d'un regard ou encore la couleur du ciel, il relève seulement des réalités sensibles. Il figure en toutes lettres dans la Déclaration universelle des droits de l'Homme et dans les lois et constitutions de nombreux pays dont la France. Il est toujours utilisé par la police française dans ses messages « Alerte enlèvement d'enfant » car, avant la taille ou la corpulence, la race est le premier facteur d'identification d'un individu dans une société multiraciale.

« Les migrations, le climat et l'alimentation permettent seuls d'expliquer les différences actuelles », argumente Evelyne Heyer, spécialiste d'anthropologie génétique et commissaire de l'exposition « Nous et les autres. Des préjugés au racisme » (musée de l'Homme, Paris, 2018). « La similitude entre deux humains est de 99,9 %. Il y a six fois plus de différences entre deux races de chiens qu'entre deux hommes, commente la chercheuse. Et bien sûr, il n'y a rien dans l'ADN d'un humain qui puisse définir son caractère ou ses capacités morales. »

Ces remarques sont vraies et fausses à la fois :

1/« Les migrations, le climat et l'alimentation permettent seuls d'expliquer les différences actuelles » : d’une certaine manière, oui. Il y a trente mille à dix mille ans, quand se sont formés les groupes humains actuels au gré de différentes mutations génétiques, les climats chauds ont favorisé les mutations génétiques qui tendaient à assombrir la peau tandis qu’au contraire les climats peu ensoleillés ont favorisé les mutations génétiques qui tendaient à l’éclaircir.

Pour être exact, on devrait donc préciser : « l’environnement (climat, alimentation) a entravé ou au contraire favorisé certaines mutations génétiques, d’où l’apparition de groupes humains distincts selon les régions de la planète ».

2/ « La similitude entre deux humains est de 99,9% » : admettons ; il n’en reste pas moins que les 0,1% restants induisent beaucoup de différences d’un individu à l’autre (entre Albert Einstein et Marylin Monroe par exemple).

La plupart des caractères génétiques sont distribués de façon parfaitement aléatoire entre toutes les personnes mais quelques-uns relèvent de groupes humains bien déterminés que l’on dit communément « raciaux ». Ce sont par exemple les caractères qui ont trait à la physiologie : couleur de peau, texture des cheveux etc.

Supposons que 80% de nos caractères génétiques se dispersent de façon aléatoire entre tous les humains et 20% relèvent de la catégorie raciale. On peut dans ce cas imaginer que l’Autrichien Sebastian Kurz et le Congolais Joseph Kabila aient en commun plus de caractères génétiques que Sebastian Kurz et le Français Emmanuel Macron ! Il suffit pour cela que Kurz et Kabila aient en commun tous les caractères universels (80% du total) tout en se différenciant par les caractères raciaux (20%) tandis que Macron ne partagerait avec Kurz que les caractères raciaux (20%). Ainsi Macron et Kurz peuvent-ils être considérés comme de même appartenance raciale tout en étant génétiquement plus différents l’un de l’autre que Kurz et Kabila !

Il est donc légitime, y compris d’un point de vue scientifique, d’admettre l’existence de groupes humains caractérisables par différents traits génétiques (« races ») tout en reconnaissant l’extrême variabilité du patrimoine génétique de chaque individu.

3/ « Il n'y a rien dans l'ADN d'un humain qui puisse définir son caractère ou ses capacités morales » : tout le monde en convient ; notre caractère et nos capacités morales découlent de notre environnement familial et social. Ils n’en sont pas moins liés aussi à notre acquis génétique : résistance aux maladies, beauté et force physique, énergie et faculté de récupération, vivacité intellectuelle, mémoire etc. Dans un environnement familial déterminé, un enfant réagira différemment selon qu'il est au départ d'un physique agréable ou non, intelligent ou pas, d'un esprit vif ou plutôt lent... mais bien évidemment, il serait absurde de vouloir mesurer dans sa personnalité la part de la génétique et de l’environnement (« l’inné et l’acquis » comme on disait au XXe siècle). Chacun est unique... [En savoir plus]

Publié ou mis jour le : 2019-03-09 14:17:56

Accompagnez-nous
Laissez votre email afin de recevoir notre lettre

Joseph Savs runit sous son nom un historien de l'conomie, un dmographe et le crateur d'Herodote.net. D'autres contributeurs se joignent l'occasion notre cercle de rflexion.

Nous runissons ici nos billets sur l'actualit ainsi que nos analyses et nos propositions d'ordre politique. Utopiques parce que rsolument dcales par rapport aux discours convenus, celles-ci n'en sont pas moins lucides, concrtes et ralisables.


 

Parce que les besoins sont la racine des changes et de l'conomie...
 

L'instrument de la solidarit et de la souverainet
 

L'Allocation universelle, une utopie fondatrice...
 

Une chelle des prix insense l'origine du rchauffement climatique
 

Migrations prjudiciables toutes les parties...
 

Et le rve est devenu cauchemar...
 
Publicité